Le cinéphile en liberté !

Cinecdote Comédie,Film Soyez sympa, rembobinez

Soyez sympa, rembobinez

Durée : De 1h42 



Réalisateur :
Michel Gondry

 

Scénaristes : Michel Gondry

 

Avec : Mos Def, Jack Black, Danny Glover

 

Origine : Etats-Unis, France

 

Année de Sortie : 2008

Synopsis

Après s’être attaqué à une centrale électrique, Jerry découvre qu’il est magnetisé lorsqu’ils s’aperçoivent,avec son ami Mike, gérant d’un vidéo-club, que les cassettes sont effacé.

Anecdotes

Cliquez sur les titres pour dérouler les anecdotes du film : Soyez sympas, rembobinez

Michel GONDRY pense que ce n’est pas un film sur le fait d’aimer les films, mais d’aimer l’art dans le sens de fabriquer quelque chose et donc pas l’art des musées, ni de manière élitiste.

L’idée du film vient de Michel GONDRY qui voulait un système pour que tout le monde puisse tourner leur propre divertissement, qu’ils puissent s’amuser pendant le tournage, mais aussi qu’ils puissent s’amuser en le regardant.

Un autre élément important pour lui était qu’autant de gens participe à la création du film que de gens qui voient le film.

Le concept du film est aussi d’inverser le processus des remakes, qui reprennent de petits films pour en faire des plus grands, en prenant cette fois des grands films et en le refaisant avec donc moins de budget.

Michel GONDRY était allé voir quelqu’un qui travaillait dans le New Jersey et a vu son lieu de travail juste à côté de la centrale électrique, exactement comme on peut le voir dans le film. Il avait déjà un concept dans la tête et lorsqu’il a marché dans l’endroit et qu’il a vu, il s’est dit que ce serait bien pour un film.

Michel GONDRY était très impliqué avec l’équipe qui s’occupe du design, il leur a donné des dessins précis. C’était difficile de trouver le ton car l’équipe essayait d’être vraiment mauvais, trop délabré, mais il leur a dit que les personnages n’étaient pas des spécialistes en termes de création de film. Et pour les costumes, Michel GONDRY a dit à ses deux stylistes de ne pas s’éloigner de Passiac, la ville de 10 – 20 000 habitants, avec beaucoup de magasins. Et ils devaient prendre des photos ou des vidéos des personnes qui vivent dans les lieux pour pouvoir s’approcher le plus près possible lors du tournage.

“suéder” est un terme cinématographique créé par Michel Gondry pour les besoins du film. Il désigne une œuvre filmique amateure, à mi-chemin entre le pastiche et le remake, il doit reprendre un film déjà existant sous un format court-métrage. Certains ajoutent à cela des contraintes proches du Dogme 95.

Michel GONDRY ne voulait pas suéder de film où les acteurs ont déjà joué dedans (à l’exception de King Kong pour Jack BLACK mais il ne joue pas le même rôle) parce qu’il faut que le spectateur oublie qu’il regarde des acteurs connus à l’écran, mais que les événements puissent se passer à Passiac dans le New Jersey.

Et il ne veut pas suéder ses propres films. Il préfère que le film se concentre sur des films qui ont existé à l’ère de la vhs, dont il ne pense pas faire partie, même si, et il le rappel, il a suédé sa propre bande-annonce.

Michel GONDRY a aimé tourner la scène où l’on voit plusieurs films (2001, L’Odyssée De L’Espace, King Kong, Carrie) être suédés car il devait créer tous les plateaux pour qu’ils puissent être pris par la caméra en une seule prise.

Le suéde de Ghost Buster a été fait pour remplacer celui de Retour Vers Le Futur sinon tous ce qui a été prévu a pu être fait. L’une des limitations légales dont a dû faire face Michel GONDRY est de ne pas montrer les couvertures des boîtes vhs.

Mais il voulait les montrer parce que ses personnages basent le suéde parfois seulement dessus. Ce qui est selon lui important parce qu’il tend à montrer la créativité à inventer les informations manquantes.

Le film sur Fats WALLER a vraiment été filmé avec une caméra VHS et un ventilateur pour faire l’effet d’obturateur et des fils qui pendent pour faire les rayures. Ce qui était plus difficile à gérer qu’une caméra cinéma.

Michel GONDRY explique que les idées qui peuvent avoir l’air simple au départ, imaginatives et bricolées, se retrouve à être très compliquées parce qu’elles demandent une patience et une minutie qui n’est pas nécessaire avec les fonds bleus, et autres effets digitaux spéciaux.

Michel GONDRY a pu jouer de la basse avec “Booker T. & The MG’s” pour la bande son du film sur deux musiques.

Mos DEF est plus un acteur tandis que Jack BLACK est plus un comique, ce qui, toujours selon Michel GONDRY, forme un duo qui se complète. Ce qui aurait pu, sinon, conduire à une compétition entre les deux acteurs.

Jack BLACK pense que son personnage est du genre repoussant parce qu’un peu fou.

Jack BLACK voulait vraiment travailler avec Michel GONDRY parce c’est un grand fan des musiques-vidéos.

Donc lorsque Michel GONDRY a contacté Jack BLACK, ce dernier savait qu’il allait accepter peu importe ce que c’était, mais en plus l’histoire lui a plu.

Jack BLACK demande toujours la permission pour modifier un passage d’un dialogue.

Michel GONDRY a dit à Jack BLACK de pas faire exprès d’être mauvais mais d’être le meilleur possible lorsqu’il suédait les films car le résultat serait meilleur, et Jack BLACK ajoute qu’il avait raison. Le réalisateur a aussi conseillé de ne pas revoir les films qu’il suédait parce qu’il ne voulait pas que Jack BLACK soit sur-préparé, parce que les personnages ne sont pas sur-préparés, ils les font le plus vite possible et s’ils n’ont pas vu le film, ils font ce qu’ils pensent que le film est.

De plus, pour Michel GONDRY, un acteur doit jouer un rôle et ne pas imiter, c’est pour cela qu’il ne voulait pas que Jack BLACK regarde les films même si lui le voulait.

Michel GONDRY pense que Mos Def a la capacité de totalement ignorer la caméra. Ce qui a pour lui le mauvais côté de devoir le filmer parfois derrière la nuque car il n’a absolument pas conscience d’où la caméra se trouve. Et le bon côté de pouvoir mettre la caméra en face de son visage et de voir vraiment comment il se sent à travers ses yeux, cela sans qu’il regarde du coin de l’oeil la caméra. Michel GONDRY précise que c’est dur à accomplir.

Voir la bande annonce (VOSTFR)

Disponible sur

Netflix
Partager